si tu as à manger, je pourrais peut être t'offrir à boire.

rien ne vaut l'écriture et la liberté.

30 mars 2020 ~ 0 Commentaire

Mort et masque : voilement ou dévoilement

Proverbe : quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage. La mort et le masque entretiennent des rapports singuliers au moins sur le plan lexical : le masque mortuaire en est le plus parfait exemple. Ainsi, le port du masque pourrait bien signifier la proximité terminale et c’est la raison pour laquelle, la […]

27 mars 2020 ~ 0 Commentaire

Donner de sa personne : la lancinante résistance aux profits égoïstes.

Souvent considérée comme surannée, la théorie du don de Marcel Mauss, écrite dans l’année 1920, reste une poudrière jouissive et prometteuse, face au dégoûtant néo libéralisme financier. Il y a donc une alternative à la seule recherche de son intérêt égoïste, basée sur des contrats dont les dés sont pipés au départ et cette alternative […]

26 mars 2020 ~ 0 Commentaire

Les soldats de plomb du sous commandant Macron

Il ne s’agit pas ici de dévaloriser le travail de l’armée (quoiqu’on ait le droit de penser que le recours aux troupes n’est pas la bonne solution). Sans l’idéaliser et sans minimiser certaines tendances autoritaires, je pense que la formation qu’elle dispense, en temps de paix, offre plus de garantie à notre population que certaines […]

24 mars 2020 ~ 0 Commentaire

Le Covid 19 , l’endroit d’ou l’on parle, l’endroit d’ou l’on tombe.

Il y a d’abord l’évidence du sens commun : chacun parlerait comme tout le monde pour le plus grand bien de tous. Et puis la réalité têtue de chaque place différenciée. Allez, on respire, on essaie : citoyens, gouvernements, administrations, père au foyer, mère au boulot, médecins, infirmiers, ambulanciers, livreurs, cracheurs de feu, caissières, éboueurs, ehpadistes, zadistes, […]

21 mars 2020 ~ 0 Commentaire

Le bon air comme obsolète, le confinement comme idéal.

Prendre l’air, voilà bien l’expression anodine par excellence dans les temps antédiluviens. Empreint de légèreté (il fait beau), ou d’exaspération (avant de faire un malheur), sortir ne  prêtait pas le flanc à une quelconque inconscience coupable. Au contraire, le bon air d’altitude constituait un rempart à la maladie, un havre de paix pour les tuberculeux […]

03 février 2020 ~ 0 Commentaire

Je suis ce que je suis et encore pas toujours…

Mais quelle fâcheuse manie, d’être en miroir de Blanche Neige au top de l’humanisme, de la tolérance, de la bonté, de l’intelligence. !!!!!!! Je suis les causes bonnes, magnifiques et qui ne mangent pas de pain. Je suis Charlie, Mila, Greta et l’usure du temps ne m’atteint pas. Si j’étais Charlie, quelques années,  après, que serais-je […]

22 novembre 2019 ~ 0 Commentaire

Le maire est un père (sécuté)

On aura vu toutes les approximations, tous les trous dans les mailles du filet. Le maire (madame le Maire est étrangement absente) est investi de la suprême identité de représenter le symbole du triomphe des incivilités, c’est du lourd archétypal, du super héros. La leçon de choses est faite aux citoyens, bande de nases, ingrats. […]

03 novembre 2019 ~ 2 Commentaires

L’inexorable course en avant de l’événementiel pour échapper à sa pourriture.

Notre espace est saisi d’événementiel, lequel est normalement dédié à la fabrication d’expériences. Tout est prétexte à expériences, c’est-à-dire à construire des attitudes et des réactions spécifiques de maîtrise et de communication positive dans des situations ordinaires : acheter un produit, voyager, manger, courir, copuler et même mourir. Il y a dans l’événementiel d’exorbitants attendus pour […]

16 avril 2019 ~ 0 Commentaire

NOTRE DAME : acharnement thérapeutique ou soin palliatif.

« Impossible d’échapper à cette dialectique : avoir conscience de brûler, c’est se refroidir ; sentir une intensité, c’est la diminuer : Il faut être intensité sans le savoir. Telle est la loi amère de l’homme agissant. Gaston Bachelard- Psychanalyse du feu -idées Nrf- 1971- page 183 »   Chaque fois, cette sidération du feu et ce moment d’humanisation du […]

20 mars 2019 ~ 0 Commentaire

Diarrhée verbale, cancer du Macronisme et orgasme des médias

  On a tous vécu cette scène un peu pénible dans une fête ou dans une réunion quand un participant, parfois un peu alcoolisé, confisque la parole, monopolise l’air disponible et en un mot, en un seul fait chier tout le monde. On hésite toujours après coup entre le besoin de déversoir, la nécessité de […]

Victor Coudesabot |
Savoirses |
P4corneille |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Réfléchir et dire... un peu
| the blonde box
| Shareprof